Prendre son mal en patience ( ou quand « administration » rime avec « lenteur »…)

OCTOBRE 2019

Ouvrir une association au Burkina Faso est un parcours du combattant. Cela exige de la patience et de la persévérance pour obtenir les documents nécessaires.

Que faire quand l’administration traîne la patte à nous octroyer les documents officiels pour l’ouverture de l’association ( et donc à prendre en charge des enfants) ? 

On s’occupe en cherchant des solutions. 

Comme je le disais, je m’occupe intelligemment.

Et donc, je me suis dit que faute d’avoir officiellement des bébés dans mon orphelinat, je pouvais au moins aider les femmes en difficulté avec leurs enfants. J’ai ainsi récupéré mes deux petites voisines, Awa et Mariam. Je leur fais faire leurs devoirs et je les garde la nuit 4 jours dans la semaine.

Ensuite, une dame est arrivée avec ses deux enfants: son bébé de 9 mois et sa sœur de 5 ans: Awa (n°2) et Majolie. Nous les gardons toute la semaine pour Awa de 8h à 14h sauf le samedi et le dimanche et trois jours par semaine pour Majolie qui reste dormir à la maison. 

Maintenant, j’entends des histoires de femmes vraiment dans la peine et la difficulté, mais je ne peux pas tous les prendre donc j’ai planifié 5 enfants, mais ils ne viennent pas tous le même jour. Au moins, les nounous travaillent un peu. 

J’ai fait la connaissance de Dramane Diarra de France Volontaires pour avoir la possibilité d’avoir, par exemple, des bénévoles qui me permettront d’avoir un répétiteur pour les leçons des enfants du quartier ou des stagiaires en communication, notamment pour l’organisation du concert du 9 novembre 2019, concert organisé pour faire connaître mon association “Abinanien” et recueillir des fonds. 

Mon amie Nathalie, médecin au Centre Muraz, m’a conviée à assister à deux jours de conférences sur les hépatites virales. J’ai appris beaucoup de choses et notamment que la vaccination doit être faite dès la naissance et non deux mois après. Ils ont beaucoup parlé de dépistage, mais les soins sont assez onéreux et je ne pense pas que la population la plus vulnérable puisse se faire soigner. Cependant, un immunologiste de Ouagadougou est prêt à dépister gratuitement les enfants de l’orphelinat. Il a son propre laboratoire et l’idée de nous aider lui semble essentielle. 

Mon amie Amaru est arrivée le 12 octobre, nous étions censées nous occuper d’aménager la cour pour l’installation de la crèche, de la garderie et des jeux pour les enfants, mais comme nous n’avons encore aucun agrément (document officiel permettant à l’association d’ouvrir un orphelinat), il n’y a pas d’urgence. Malgré tout un maçon est venu pour nous faire un devis. Mais comme rien ne nous arrête, nous avons sillonné la ville à pied entre 7 et 10km par jour, direction le grand marché et autres quartiers de Bobo. 

Samedi 19 octobre, me voilà promue témoin au mariage de mon amie Christiane qui devait être une de nos nounous, mais comme elle va partir en France, c’est sa maman qui va prendre sa place. 

Enfin une bonne nouvelle: nous allons avoir un 4X4 Mitsubishi! 

Amaru est partie le 22 octobre, depuis je m’attèle à l’organisation du concert du 9 novembre. J’ai une super stagiaire en communication très motivée. 

J’attends avec impatience l’arrivée de Nima, pour le concert. J’espère que ça va bien se passer pour lui.


Nettoyage du mur d’enceinte de l’orphelinat – Avant
Nettoyage du mur d’enceinte de l’orphelinat – Après
Agrandissement de la cour
Aménagement de la cour
Aménagement de la cour
Séparation de la cour d’avec le concierge Albert
WC
Elisabeth et Amaru
La nouvelle voiture de l’orphelinat

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *