Persévérance et premiers parrainages

NOVEMBRE/DÉCEMBRE 2019

Nima Sarkechik, le pianiste pour le concert aux Bambous, est arrivé le 1er novembre. Il a fait connaissance avec Abdoulaye, le guitariste, et toute l’équipe de musiciens. Il est comme un petit poisson dans l’eau, début des répétitions dès demain. 

Le concert pour faire parler de mon association et donc de l’orphelinat est prévu le 9 novembre. Nous mettons tout en œuvre avec Alex et Marianne, propriétaires du centre culturel les Bambous, pour que tout se passe bien. 

Le 7 novembre, un acte de terrorisme faisant plusieurs morts nous oblige à annuler le concert, deuil national oblige. 

Grosse déception pour tout le monde, on se faisait une joie de partager ce moment. Je dois avouer que j’en prends un coup. Mais nous sommes vivants et nous continuons d’avancer. 

Du coup, je m’attèle pour que notre création d’association au Burkina voit le jour. Mais entre les grèves et les incompétents, le dossier met un peu de temps à se décoincer, je fais donc appel à mon ami Moctar pour savoir ce que je dois faire. Il prend les choses en main mais il manque toujours quelque chose: ou les dates ne sont plus bonnes, ou il n’y a pas assez de photocopies, un jour il en faut 3, le lendemain 4 et le surlendemain 5. Mère Patience Priez pour moi! 

Bref, en attendant, je continue d’aider les familles et les enfants. Majolie et Ela sont scolarisées et parrainées. 

Ela et Majolie, atelier dessin

Le dossier “Association” n’est toujours pas décoincé et mon orphelinat n’est pas encore officiellement ouvert.

En Afrique, tout prend du temps.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *