Lettre de la Présidente

Comment ne pas tomber amoureux de ce pays, le Burkina Faso, et de ses habitants, les burkinabés ?

 

J’avais 7 ans lorsque cet amour s’est déclaré. A l’époque nous vivions à Bobo-Dioulasso et tout me fascinait; la couleur de la terre, le soleil, le sourire et la bonne humeur des gens du pays.

 

Quitter le Burkina pour revenir en France a été pour moi un véritable déchirement. 

 

Il n’était pas question que je n’y retourne pas et j’y suis donc retournée en 2014, après 44 ans d’absence.

 

Ce séjour m’a permis de mettre en lumière des réalités que je ne pouvais pas voir pendant mon enfance au Burkina, protégée par un petit cocon européen : la précarité et les difficultés sanitaires du pays et d’une bonne partie de ses habitants. 

 

Ce voyage ne pouvait pas rester un simple voyage touristique, je retombai en amour et en symbiose, il fallait faire quelque chose.

 

Ma décision était prise, la brousse m’attendait et je m’installai pendant 3 semaines à Samendeni, à une trentaine de kilomètres de Bobo, où un orphelinat offrait des chambres aux personnes de passage désirant participer à la vie quotidienne du lieu.

Ces 3 semaines d’immersion avec les enfants, les villageois et les soignants du dispensaire de proximité m’ont incitées à créer l’Association Abinanien pour ouvrir un orphelinat pour nourrissons, car dans les environs de Bobo Dioulasso peu d’associations prennent en charge les bébés. En effet, cela nécessite trop d’intendance : plus de nounous, le lait, les couches...et cela coûte plus cher que des enfants plus grands.

 

L’aventure commençait et mes convictions et ma persévérance me permirent de convaincre mon entourage du bien-fondé de ce projet.

Ainsi, grâce à une de mes filles, nous avons commencé à créer un site internet, et à parler de l’orphelinat autour de nous et petit à petit les choses se sont mises en place.

Nous avons acquis un terrain de 13 ha pour la construction de l’orphelinat et d’un forage, et un peu plus de personnes nous ont suivies : mes autres filles, mon frère, des amis et bientôt j’espère encore plus de personnes.

 

En attendant de disposer des fonds nécessaires à la construction de notre orphelinat, nous louons une maison à Bobo pour accueillir les enfants de 0 à 3 ans d'ici la fin de l'année 2018, le temps pour nous d'aménager l'endroit et de recueillir les fonds qui nous permettront le financement d'une année de fonctionnement.

La mise en place d'un parrainage des enfants, la location de chambres, ainsi que vos dons, adhésions et votre bonne volonté, nous permettront de pérenniser le projet.

 

Nos objectifs sont ambitieux mais répondent à de vrais besoins de ce pays. Nous envisageons de les compléter pour répondre à d'autres nécessités comme le manque d'eau potable, la précarité sanitaire et la scolarisation en dehors des villes, par le forage de puits pour des villages démunis, des dispensaires et d’écoles dans les endroits les plus reculés.

 

Le reste de ma vie sera consacré à ce projet et toutes les bonnes volontés, les bonnes idées, les bonnes ondes positives sont les bienvenues.

 

Elisabeth Coniglio - Présidente d'Abinanien

Réagir


  • CAPTCHA